Fallout 76 continue de distiller ses nouveautés une à une au fil des semaines. Le jeu évolue bien, pas au compte-goutte mais presque, car les patchs optimisent aussi régulièrement moults aspects du gameplay. En attendant un meilleur système de ventes entre joueurs, sans lequel l’artisanat s’avère vite peu satisfaisant, voici qu’un nouveau type de fabrication a fait son entrée dans le jeu : faire ses propres boissons alcoolisées.

Il était déjà possible de concocter différentes boissons dans Fallout 76, mais il s’agissait principalement de jus de fruits, de thés, et autres choses similaires. Désormais s’ouvre à vous la possibilité de créer bières, liqueurs, vins et autres spiritueux, et même des cocktails. Autres que ceux habituels de Molotov…

Au-delà de la vaste palette de bonus et malus variés qu’apportent ces boissons plus ou moins fermentées, le principal avantage offert aux joueurs est on ne peut plus simple et efficace : les boissons ainsi créées ne s’abiment pas avec le temps.

En effet, pour les autres types de boissons fraîches, celles-ci ont une durée de consommation au-delà de laquelle la mixture disparait de votre inventaire. Certaines cartes Avantages peuvent prolonger la conservation des boissons, mai tôt ou tard, vous perdez le fruit de votre travail et devez repartir cueillir le nécessaire, puis le préparer. Certaines boissons fraîches offrant des bonus vraiment très utiles, on se retrouve dont à souvent en fabriquer. Ce qui la plupart du temps se fait rapidement, sauf pour certaines boissons plus élaborées.

Les nouvelles boissons distillées par vos soins ont donc un net avantage de conservation très pratique pour le joueur (et seront certainement plus intéressantes à vendre lorsque un système de boutiques “permanentes” sera intégré).

Le désavantage semble toutefois que les boissons distillées sont un peu plus longues à préparer. D’une part il faut trouver des ingrédients un peu moins moins fréquents que les plantes et fruits poussant dans la nature. d’autre part, pour maximiser leur effet il faut leur laisser du temps pour fermenter, macérer ou vinifier.

On fabrique ces boissons spiritueuses grâce à son propre alambic, et on les laisse bonifier grâce à un autre petit établi uniquement dédié à cet effet.

On remarquera immédiatement un défaut très bête de ces établis, ils ne permettent pas de faire bouillir de l’eau, qui est à l’évidence un élément indispensable dans les spiritueux. De fait on se retrouve parfois à devoir faire des allers-retours inutiles plus ou moins longs selon l’endroit où on est, pour simplement transformer l’eau sale que l’on a récupéré en eau bouilli pouvant être utilisée. On ne peut a priori pas non plus utiliser de l’eau purifiée pour fabriquer ses boissons.

Autre défaut un peu ennuyant, on ne peut pas installer de fermenteur ailleurs que dans son campement. Donc pas dans un atelier public qu’on aurait pris temporairement.

Autrement dit, même si on trouve des établis de distillation un peu partout, souvent à la place de précédents ateliers de chimie, c’est dans son camp qu’il faudra aller finaliser ses meilleures cuvées.

Apprendre à utiliser les établis de distillation nécessite d’effectuer une quête assez rapide, et relativement amusante.

Une affiche placardée dans chaque gare, et que l’on peut fabriquer gratuitement dans son campement, propose de découvrir une sorte de confrérie d’étudiants puis un bar clandestin. Je ne vous en dit pas trop pour ne pas vous gâcher la surprise, voyez les différentes images ci-après pour vous faire une idée.

En résumé on retiendra que cette quête ouvre deux nouveaux bâtiments, ce qui est très bien car il y a dans le jeu beaucoup de bâtiments inaccessibles, quasi-vides ou fermés. En plus des objectifs de la mission on y trouvera quelques objets utiles voire spéciaux (i.e un magazine), quelques bouts d’histoire et une ambiance atypique. Plus important, dans le second bâtiment on a aussi le droit à un nouveau PNJ, plutôt original et réussi. Un bon point supplémentaire pour le jeu qui rappelons-le manque cruellement de plus de PNJ (autres que les monstres à tuer sans cesse…).

Ce personnage, encore une fois un robot, a donc survécu seul dans sa cave et est celui qui va nous apprendre de belles recettes de boissons surprenantes. Seul regret, pour l’instant ce PNJ ne permet d’apprendre qu’une seule recette par jour, via de courtes missions plus ou moins simples selon les ingrédients à trouver, il faut donc retourner le voir très souvent. D’autant plus qu’on peut obtenir des recettes en doublon.

On le devine, devenir un très bon barman capable de fabriquer les meilleurs cocktails nécessitent du temps et des efforts. Ce qui après tout est cohérent.

On notera toutefois que ce PNJ ne nous apprendra pas de nouvelles recettes à base de Nuka-Cola, à part celle amusante du Nukabomb (Nukashine en VO).

Le DLC Nukaworld de Fallout 4 avait pourtant ajouté cette option amusante, et il y a d’ailleurs dans Whitespring un discret magasin spécialisé dans la vente de ces boissons. On imagine que les développeurs ajouteront par la suite dans Fallout 76 ce contenu qui existait donc déjà dans Fallout 4. Et qui sait, peut-être verra-t-on aussi une nouvelle quête évoquant les concurrents de Nuka-Cola, comme celle amusante qu’il y avait dans le très bon DLC Far Harbor de Fallout 4. Une fois de plus cela ajouterait du contenu et de la variété au jeu. Mais bon, Bethesda avait prévenu qu’il allait falloir attendre, alors attendons encore.

Autre détail qui ne change pas fondamentalement le jeu mais qui est utile, la nécessité d’obtenir des ingrédients spécifiques pour certaines nouvelles boissons relance tout l’intérêt de certains endroits, comme les fermes, où justement on peut facilement trouver par exemple du grain nécessaire pour faire une bière spéciale.

Ajoutons par contre un autre défaut du jeu, l’interface de gestion de l’inventaire ne permet pas assez bien de filtrer les différents types d’éléments. En conséquence, à force d’accumuler différents objets et / ou ingrédients pour fabriquer différentes choses, on se retrouve à perdre son temps à trier / chercher ci et ça. C’est particulièrement flagrant dans le cas de la cuisine et des boissons.

Enfin, si le principe d’obtenir des recettes en faisant des quêtes plus ou moins rapides est amusant au début, on se retrouve vite avec le sentiment de jouer à la loterie, et donc de plutôt gagner des choses dont on a pas ou peu l’utilité. Tout comme les armes légendaires que l’on trouve fréquemment dans le jeu, et dont beaucoup de joueurs se débarrassent sans arrêt, n’en ayant pas l’utilité ou en ayant déjà trop. Passé un certain cap, trop d’aléatoire nuit. Ce n’est pas pour rien qu’un prochain nouveau PNJ vendeur va justement permettre de troquer ses armes légendaires en stock. Et, répétons-le, qu’un meilleur système de ventes entre joueur est attendu depuis le début, pour justement mieux permettre à chacun de trouver ce qu’il cherche sans perdre son temps avec des choses dont on ne sait plus quoi faire à force.

Il est paradoxal de constater que Bethesda a édité l’automne dernier un beau livre de cuisine sur le thème de Fallout, mais qu’en jeu les joueurs ne peuvent que très difficilement trouver comment choisir ce qu’ils veulent cuisiner et distiller. Certes, c’est l’apocalypse, et il faut bien motiver les joueurs à explorer… Admettons.

Enfin, notons au passage que le premier bâtiment que la plupart des joueurs ont vu en sortant de l’Abri 76 est un groupe de deux cabanons servant de petite distillerie clandestine. On avait donc là sous nos yeux depuis la sortie du jeu un avant-goût de ce que les développeurs préparaient pour la suite.

Précisons aussi un autre détail amusant et surtout très pratique, les développeurs ont eu la bonne idée d’ajouter avec le dernier patch la possibilité de traire les brahmins pour obtenir du lait frais. Qui permet de se soigner contre les radiations mais qui ne se conserve pas très longtemps. C’est exactement le genre de détails cohérents qui contribuent à étoffer le monde et les possibilités d’interactions. Concrètement retourner faire un saut à l’église de Flatwoods a donc une utilité supplémentaire (car sinon on ne trouve pas facilement des brahmins – en vie – dans le jeu), particulièrement pour les joueurs de bas niveau.

De plus avec un peu d’imagination on peut se dire que le glacier en ruine situé au bord du pont de New River Gorge, là où on récupère facilement des bouteilles de crème, pourrait très bien à l’avenir donner lieu à de nouvelles possibilités de fabrication de glaces. Qui sait ce que Bethesda a prévu d’original pour l’été prochain… A part un mystérieux hiver nucléaire. Quoiqu’il en soit de telles variations dans le système de cuisine et d’artisanat sont  amusantes, et donnent plus de consistance à un pays que les joueurs sont censés reconstruire presque entièrement. Ce que le jeu ne permet pas assez bien de réaliser, faute pour l’instant de serveurs privés. En attendant, voilà déjà une belle série de nouvelles “potions magiques” façon Fallout avec lesquelles s’amuser.

 

Une fois la quête lancée, tout commence là, dans ce bâtiment voisin d’une ancienne université à Morgantown.
L’intérieur est en ruines, bien sûr, et il faut découvrir ce qu’il s’y passait. En résumé des beuveries d’étudiants.
Étudiants qui fabriquaient leur propre alcool à base de Nuka-Cola.
Quand ils n’étaient pas en train de faire des blagues, comme voler la tête d’une fameuse statue…
Le Nukashine est une boisson forte qui a des avantages au combat, mais un effet secondaire inattendu. Un évanouissement avec un gros trou de mémoire en prime. On se réveillera dans un endroit au hasard.
Passé la découverte du club des étudiants, une petite énigme est à résoudre pour trouver le bar clandestin où était fabriqué et vendu le Nukashine. L’établissement est caché non loin de l’université…

A lire également chez Bethesda ce petit complément sur le système de brassage et distillation. Cette nouvelle quête avec le système en découlant est la première nouveauté débloquée par le patch Appalaches sauvages. La seconde est la parade Fasnacht.

On trouve le lieu assez facilement, c’est un salon de tatouage, et à l’intérieur, à première vue, rien de spécial.
Surprise, un robot barman travaille encore dans une arrière-salle, véritable distillerie en miniature.
L’enquête vous mène dans une autre maison où vivaient certains étudiants.
Il n’y a plus qu’à se procurer du grain et de l’eau, qu’on trouvera dans une ferme abandonnée non loin à la sortie de Morgantown.
Une fois la mixture prête, il suffit de la laisser fermenter un peu.
Boisson qui une fois fermentée accordera un utile bonus en limite de poids transportable (+50). Bonus temporaire toutefois. Les bonus de toutes ces boissons alcoolisées sont assez variées, mais il va falloir faire beaucoup de missions pour trouver les recettes adaptées à son héros.
Le bar clandestin est en fait dissimulé dans la grande cave du bâtiment.
Le robot, nommé Biv, demande alors de lui fabriquer une bouteille de Nukashine. Problème, il manque un ingrédient à la liste.
Endroit qui recèle quelques surprises et apporte la clé pour l’ingrédient manquant à la recette de Nukashine.
La couleur bleue du Nukashine vient du fait qu’il requiert du rare Nuka-Cola Quantum.
Et l’affaire est dans le sac. Biv m’offre en récompense une nouvelle recette, une bière à base de grain de maïs et de fourmi irradiée. Un délice…
Seul bémol à cette intéressante boisson, les rad-fourmis sont peu fréquentes. On en trouve par exemple à la périphérie de Charleston, au salon de la théière géante, un autre endroit original où à coté on peut d’ailleurs apprendre une recette de thé au miel.

Exemples de boissons

J’ai obtenu, aléatoirement donc, la recette d’un utile cocktail diminuant les dégâts des radiations. Reste à trouver ou à fabriquer du champagne…

Derniers détails pratiques

Une fois la quête terminée on peut construire son propre matériel pour …
La fermentation prend plus ou moins de temps, et se limite à 10 boissons en même temps.
… distiller et laisser fermenter ses boissons préférées.
On trouve désormais des alambics un peu partout. Ici à Whitespring, la place d’un tas de caisses qui ne servaient à rien avant le patch.
Quitte à utiliser des boissons alcoolisées, deux cartes avantages sont utiles pour maximiser les effets.
Une autre carte, en rapport avec l’Endurance, permettra aussi de ne pas devenir dépendant à l’alcool…
Nouveau, on peut désormais traire les vaches ! Leur lait est très pratique…
Un glacier avec grande terrasse, bâtiment où l’on trouve quelques ghoules, et dont les étages sont pour l’instant inaccessibles.
…tant pour se soigner des radiations que pour faire certains cocktails.
A coté, une laiterie à l’abandon, où l’on trouvera toutefois des bouteilles de crème. Les joueurs pourront-ils relancer la production de glaces à l’avenir ?

Commentaire(s)